Aller au contenu
Vitrail & PAO = Révélation

l’alchimie d’une vie

Interessant n’est-ce pas !? Avec notre tendance à nous tourner vers l’ombre plutôt que vers la lumière, cela pourrait prêter à confusion! Hors, cette œuvre, qui se lit de gauche à droite, représente, malgré l’image qu’elle peut renvoyer, la mort des apparences (dissolution, ou encore, effacement de l’égo) qui donne accès à une renaissance à Soi. Telle la symbolique du phœnix qui renaît de ses cendres et comme l’évoquent aussi bien les réalisateurs de « Fight club », « Matrix », « Star Wars », et j’en passe. Donc, ne vous fiez pas aux apparences car comme le dicton le précise, elles sont parfois trompeuses. Les couleurs quant à elles représentent les 3 étapes du Grand Œuvre « l’alchimie » dont l’œuvre au noir, l’œuvre au blanc et l’œuvre au rouge qui sont pour l’apprenti en quête de sens les sentiers progressifs de la « Voie Royale » pour accéder à la pierre philosophale, qui n’est ni plus ni moins que la Lumière qui est en chacun.

Le vitrail,
bande dessinée intemporelle

Lumière nous sommes,
Lumière nous resterons

Alchimiste de sa vie l’être humain à le pouvoir de se révéler et de rayonner l’énergie qui l’anime. Le vitrail, à sa ressemblance, symbolise l’écran au cœur duquel cette subtile nature se matérialise.

Lui rendre hommage en tentant de l’habilité à l’esprit de notre époque fût durant prêt de 20 ans la priorité de mon chemin verrier, quand de l’union du vitrail et de la PAO est né «Révélation».

Ombre/lumière, transparence/opacité, noir/blanc, brillance/matité, courbes et droites, ces antipodes intimement liés et étonnamment en parfaite harmonie, offrent à l’explorateur une ouverture à l’imagination, au rêve et à l’évasion.

A l’instar des cathédrales, la longévité d’un support comme le vitrail offre à l’œuvre la possibilité d’être transmise à travers les siècles, de génération en génération.

Dans sa symbolique, « Révélation » met en avant l’ombre et la Lumière qui évoquent la matière et l’esprit. Leur union révèle les possibles, la symbiose et l’harmonie qui sommeille en chacun ainsi que l’interprétaient jadis, sous une autre configuration et à l’esprit de leur époque, bas reliefs, vitraux, et tapisseries du moyen âge comme la tapisserie de «l’apocalypse de Saint Jean» qui reste encore à ce jour la plus représentative de la « voie Royale » dont on peut découvrir les vestiges au seins du château d’Angers.